Podologie

Définition :

    La podologie orthopédique est une approche mécaniste du corps humain (Voir Rôle du pied – D’un point de vue mécanique), qui vise à identifier et traiter les troubles statiques et dynamiques qui peuvent l’affecter.

 

Indications : la podologie  permet de traiter :

- Les douleurs : du pied, du membre inférieur et du dos d’origine mécanique (douleurs s’exprimant le jour, lors de mouvements / à la marche / à l’effort ou après l’effort, et se calmant au repos).
- Les troubles fonctionnels : troubles de l’équilibre, de la marche, chutes (en particulier chez les personnes âgées).
- Les défauts d’alignement : prévention des complications des troubles stato-dynamiques : pieds « qui tournent » ou « qui basculent / s’affaissent », jambes « en X », ou « arquées », différences de longueur des membres inférieurs, scolioses…

 

Bilan podologique :

     Pour les raisons évoquées dans Rôle du pied – D’un point de vue mécanique, le bilan podologique, s’il est bien fait, ne s’arrête pas au pied. Le podologue se doit de tenir compte de l’ensemble du corps et des interactions entre le pied et le corps. (Le Normand et Percevault 2001, Capelle 2002, article R4322-1 du Code de la Santé Publique).
« Le pied servant de base à l’édifice, ne peut être dissocié du reste du corps, sous peine de fausser le diagnostic. C’est ainsi que certaines algies (lombalgies, gonalgies, myalgies en particulier) résistent à des thérapeutiques qui ne tiennent pas compte des membres inférieurs. » Ledos 1956

podologie - examen clinique

                      Ligne de Charge sagittale et frontale

 Modes d’action :

     Au delà de l’évolution des techniques et des matériaux c’est aussi et surtout la façon de concevoir les semelles orthopédiques qui a beaucoup changé ces 30 dernières années.
En podologie, pour résumer, on a le choix entre 2 modes de traitement : répartir les appuis ou corriger les malpositions, ce qui correspond à choisir entre traiter le symptôme ou la cause. Les deux pouvant être associés. (Monthéard 1998, Capelle et Tourkia 2000). A chaque fois c’est possible, on commence évidemment par essayer de corriger les troubles statiques, afin d’avoir une action plus causale.

podologie - semelles

     Plus facile à se représenter et à comprendre, l’approche biomécanique n’est pas aussi complète que l’approche posturale car elle est centrée sur la sortie du Système Postural (voir Comment ça marche?), et d’un point de vue essentiellement morphologique. (Villeneuve et al 2000)
En particulier, elle ne tient pas compte des phénomènes de contrôle de l’équilibre par anticipation (feedforward, ou Ajustements Posturaux Anticipés), qui ne peuvent se comprendre qu’avec un raisonnement neurosensoriel. (Lacour et Borel 1993, Massion 1997, Kandel et al 2000, Borel et al 2012).

Elle n’est cependant pas à rejeter totalement, et peut être une solution efficace lorsque la pathologie a atteint un stade lésionnel avancé (voir A quoi ça sert – Différence fonctionnel / lésionnel). En outre, il est tout à fait possible de combiner les deux techniques, de biomécanique et de posturologie (neurosensorielle). (Monthéard 1998, Capelle et Tourkia 2000, Janin 2013).
L’inconvénient principal des semelles orthopédiques (biomécaniques) est leur épaisseur, qui peut obliger à adapter le chaussant.

 épine calcanéenne, hallux valgus, oignon, orteils marteau

 

Exemples de pathologies pouvant être prises en charge en podologie :

genu valgum, genu varum, jambes en X- pieds plats valgus, pieds creux, et les durillons et cors dont ils sont responsables (voir Cors et durillons)
- hallux valgus (“oignons”), griffes d’orteils, syndrome algique du 2ème rayon, Morton. (voir Pathologies du pied)
- tendinites, “épines calcanéennes”, syndromes du canal tarsien. (voir Pathologies du pied)
- anomalies de torsion du membre inférieur. (voir Podologie et enfants)
- genu varum/valgum (“jambes en X / arquées”).(voir Podologie et enfants)
- scolioses / attitudes scoliotiques. (voir Scoliose)
- inégalités de longueur des membres inférieurs. (voir Podologie et enfants)
- malformations congénitales du pied et des orteils.
- “douleurs de croissance” du pied ou des membres inférieurs (voir Podologie et enfants)
- entorses de cheville ou de genou
- arthrose de genou, de hanche ou du rachis. (voir Lombalgie)

 

scoliose, jambe courte, bascule de bassin

 

Date de création de la page : 03/06/2013
Date de dernière modification : 22/06/2013

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.