Historique rapide de la posturologie :

 

1837 : Charles BELL pose LA question fondamentale qui nous occupe encore aujourd’hui : Comment l’homme tient-il debout ?Image3
«Comment un homme maintient-il une posture debout ou inclinée contre le vent qui souffle sur lui? Il est évident qu’il possède un sens par lequel il connaît l’inclinaison de son corps et qu’il possède l’aptitude à la réajuster et à corriger tout écart par rapport à la verticale. Quel sens est-ce donc ?»
Bell avait donc supposé intuitivement la notion de système de régulation, mais s’était restreint à chercher un seul sens responsable de l’équilibre. Dans la logique de son temps, les auteurs de l’époque ont donc cherché le sens de l’équilibre, et ont abouti à en proposer plusieurs au fil des années.

1828 : Flourens : le vestibule Image4
1845 : Longet : les muscles cervicaux
1846 : Romberg : l’oeil
1860 : Heyd, cité par Vierordt : le pied
1911 : De Cyon : les muscles oculomoteurs

pied et posture

1860 : seul Vierordt (considéré comme le 1er posturologue) avait compris que le contrôle postural résulte d’une interaction de plusieurs sens, mais, trop en avance sur son temps, il n’avait pas été entendu.

Image11916 : syndromes post commotionnels.
Une assemblée de neurologues modérée par Pierre Marie reconnaît l’existence de pathologies non lésionnelles du Système Nerveux : les syndromes post commotionnels dont sont victimes de nombreux poilus (vertiges, troubles de l’équilibre, douleurs diverses…). Mais cette “maladie” n’est pas nommée car on ne sait encore quasiment rien dessus.

1955 : Dr Baron : concept temporel et non linéarité du système postural.
Jean-Bernard Baron comprend qu’une lésion minime peut avoir des effets posturaux plus
grands qu’une lésion plus importante (expérience sur les muscles oculomoteurs des poissons).

Image2Cette absence de proportionnalité, cette “non-linéarité”, comme disent les mathématiciens, s’est révélée depuis être une règle générale de fonctionnement du système postural. (Martinerie et Gagey 1992, Mykelbust et al 1995, Tian et He 1997, Cao et al 1998, Usachev 2008, Lacour et al 2008.)

Les systèmes chaotiques (non linéaires) sont connus depuis Poincarré (1908) : « Il peut arriver que de petites différences dans les conditions initiales en engendrent de très grandes dans les phénomènes finaux. Une cause très petite qui nous échappe, détermine un effet considérable que nous ne pouvons pas voir et alors nous disons que cet effet est dû au hasard. »
Ce qui se traduit dans l’expression populaire par « effet papillon ».

Années 1960 : Dr Gagey : SPF et posturologie :
Suite aux travaux sur les réactions d’équilibration, Gagey  développe la notion de Système Postural Fin (SPF), organise l’examen clinique postural et crée la posturologie (étude des dérèglements du SPF).

1971 : Nashner, un ingénieur du MIT, aboutit aux mêmes conclusions que Vierordt (un siècle après !) : « la posture est contrôlée par un système qui intègre les informations de différentes entrées, au sein d’une boucle de rétroaction qui permet de corriger les écarts du corps à sa position d’équilibre ».
Avec l’explosion des neurosciences, cette régulation multisensorielle a été confirmée depuis par de nombreux auteurs (Nashner 1976, Gurfinkel et al. 1988 , Roll et al. 1989, Manchester et al 1989, Massion 1992, 1994, Merfeld et al. 1993, Horak and MacPherson 1996, Mergner 1998, Kavounoudias et al papillon1999…) et c’est l’idée qui s’est maintenant imposée.

1979 : Pr Da Cunha : Syndrome de Déficience Postural (SDP)
Le Professeur Da Cunha décrit le syndrome de déficience postural qui élargit le syndrome post-commotionnel en y incluant les troubles de l’axe corporel.

1985 : Villeneuve : posturopodie.
Villeneuve  et ses collaborateurs apportent les connaissances podologiques orientées vers la posture et enrichissent les perspectives cliniques (posturo-dynamique, épine irritative d’appui plantaire, chaînes neuromusculaires, etc…) et  thérapeutiques (semelles de posture) en développant la posturopodie.

« Reste aux médecins à se mettre d’accord pour décider si les syndromes posturaux entrent ou non dans le cadre de la médecine. Mais de toute façon, les malades posturaux, eux, ont besoin qu’on s’occupe d’eux. » P-M Gagey

Ces informations sont un résumé issu du site du Dr Gagey (voir Liens).
Vous trouverez plus de détails sur : http://ada-posturologie.fr/HistoirePosturologie.htm

Date de création de la page : 03/06/2013
Date de dernière modification : 03/06/2013