Scoliose

Définition : 

      La scoliose est une déformation du rachis dans les 3 plans de l’espace, et n’est pas complètement réductible. Elle associe une diminution ou une inversion des courbures de la colonne vertébrale (= de profil), des inflexions dans le plan frontal (= de face, ou de dos : colonne en S), et une rotation des vertèbres dans le plan horizontal.
Cette dernière déformation se manifeste, si elle est assez importante et à l’étage dorsal, par une gibbosité (bosse).
La scoliose peut être à simple, double, ou triple courbure, équilibrée ou non.
Elle apparaît à la fin de l’enfance (vers 9-10 ans), peut évoluer rapidement lors de l’adolescence, avant de se stabiliser à la fin de la croissance osseuse (sauf en cas de scoliose importante). Elle touche 2 personnes sur 1000 (De Mauroy 2005).

 

scoliose, jambe courte, bascule de bassin

Attention

   NB : Ne pas confondre scoliose et attitude scoliotique, qui n’est qu’une inflexion du rachis dans un seul plan (frontal), et qui est complètement réductible. Elle est souvent liée à un simple trouble statique (« jambe courte », pied plus affaissé d’un coté, genou plus fléchi, posture latéralisée d’un coté…)

 

 Causes :

     Comme pour les lombalgies, on distingue 2 grands groupes de scolioses :

1/ Les scolioses qui sont dues à des malformations congénitales (des vertèbres) ou à des maladies neuro-musculaires, et qui sont heureusement les plus rares.
Elles doivent être prises en charge en médecine allopathique avant tout autre traitement, c’est pourquoi il est indispensable de toujours commencer par demander un avis médical avant de faire quoi que soit d’autre (comme pour toute maladie) : voir Les 3 façons d’être malade – ordre de prise en charge.

2/ Les scolioses « idiopathiques », c’est-à-dire sans cause médicalement connue, et qui représentent la grande majorité des scolioses.
De plus en plus de spécialistes estiment que la scoliose est une forme importante de dérèglement postural : la tension asymétrique des haubans musculaires déforme la colonne vertébrale en raison des conflits sensoriels / des informations parasitant le système postural : voir Comment ça marche et Traitements posturaux. (Baron 1955, Brun et al 1986, Catanzariti et al 1998, 2001, Bricot 1996, Plais et al 1998, Maillau et al 2007, Nisand 2005, De Mauroy 2005).

     Selon le Dr De Mauroy, la scoliose n’est pas une maladie en tant que telle car il n’existe pas de cause précise à la scoliose : ce n’est qu’une adaptation du rachis, un symptôme qui traduit la réaction du rachis face à une situation inhabituelle.
Selon lui « une perturbation du système postural, par exemple au niveau de l’articulation temporo-mandibulaire ou du capteur podal, peut dérégler le système et provoquer la “tornade” scoliotique ».
Les scolioses de moins de 25° entrent dans le cadre des systèmes chaotiques, non linéaires, leur évolution lors de la croissance est imprévisible. Au delà de 25°, leur évolution est linéaire et prévisible (De Mauroy 2005).

  .

Traitement :

     Pour les scolioses dites idiopathiques, il est recommandé de proposer une prise en charge posturale pluridisciplinaire (De Mauroy 2005) : voir Traitements posturaux.
Cette prise en charge est complémentaire à la prise en charge médicale classique et ne vise en aucun cas à la remplacer.

Les objectifs sont :
- de limiter ou arrêter l’évolution. Chez les sujets jeunes une réduction partielle est possible.
- d’atténuer ou supprimer les douleurs ou la gène fonctionnelle quand il y en a.

.Date de création de la page : 03/06/2013
Date de dernière modification : 25/08/2013

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.